• les trois peupliers

     

    les trois peupliers

     

    je les ais vu grandir ces triplés
    Comme des enfants pendant leurs croissances,
    j’ai appris à les aimer,
    Ils font partie de mon existence.

    Leurs présences rythment mes saisons
    Ce sont mes compagnons.
    De mon fauteuil, je les surveille du coin de l’œil
    Ils sont dans mon décor, c’est mon réconfort!


    Egrenant les jours dans un mouvement perpétuel
    Au temps radieux ils sont majestueux,
    Feuillus à volonté sont généreux,
    Ils sont là près de moi, leurs présences m’est naturelle.


     
    Ils étalent avec fierté leurs éclosions estivales,
    C’est un vrai festival, leurs bruissements me régalent
    Dans une dernière lueur, l’embrasement du ciel
    Diffuse à travers le feuillage sa couleur vermeille.


     
    Lorsque le soleil descend à l’horizon
    Je me prépare à leurs transformations
    Le ciel pâlit, les branches s’agitent, se penchent,
    Les feuilles ternissent, jaunissent…



    S’affolent, tourbillonnent,
    pour aller se perdre dans le lointain.
    Prémices d’un été qui prend fin!
    La tourmente les dénude de ses derniers habitants.



    C’est le temps du déchirement,
    Avec résignation ils obtempèrent
    Froid et givre les saisissent,
    Avec raison ils obéissent, c’est l’hiver !



    De ma fenêtre, je ne vois plus que vos squelettes.
    Mais déjà, je sais qu’au printemps prochain,
    Avec vos bourgeons prometteurs, vous serez à l’heure!
    Mes fidèles peupliers!


    NINI 4/06/2010

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :