•  

    La  parenthèse

     

    Décembre s'est posé dans cette parenthèse de bonne humeur

    Pas à pas l'Avent,  ce décompte d'impatience se fait rassembleur

    Reflets d'émerveillement dans la lumière du firmament  enchanteur

    De ce scintillement les anges dansent et chantent autour de ta lueur.

    L'étoile du berger, phare allumé sur l'obscurité de l'abyssin

    Dans le brouillard du quotidien balise notre chemin.

    Merveilleux  temps de Noel  qui d'un sourire éclaire les visages

    Saveur de bien être, la foule s'agglutine devant les rayonnages

    Le lâcher- prise est amorcé dans une ambiance festive

    Petits et grands déambulent  au milieu de cette liesse collective

    Le message se propage comme un feu qui couve suspicieusement.

    Paysage féerique l'hiver a jeté sa pelisse d'hermine frileusement

                                       ***

    Protectric  période de l'Avent qui permet d'aller de l'avant pour ne plus penser à demain

     

    Nini: challenge des 10 mots /3/12/210  

    *** 

    Ange – Avenir – Bras – Chaleur – Chanter – Cheveux – Clocher - Combe

    Fauve – Feu – Fils – Fougères – Foule – Gris – Habiller – Habits - Heureux

    Lâcher – Lui – Lumière – Main – Millepertuis – Mois – Mot – Noir - Olivier

    Page – Péniche – Protecteur – Relever – Renard – Roi - Saveur

    Sentiments – Seuil – Soupir – Sourire – Temps – Vert - Vertige

      

     

     


    2 commentaires
  • Nonchalant automne/ Nini

    photo perso

    L'été glisse lentement, dehors son temps  s'achève

     En douceur traîne dans son sillon une ligne de rêves

    Présents encore sous le souffle timide de l'automne qui arrive

    Hésitant, quand la tiède caresse résiste à l'inévitable dérive..

     

    Un matin  le ciel change reste blême, perd sa couleur estivale

    Lentement les arbres deviennent roux ,le changement de saison s'installe

    Octobre en or est là se pose  colore de pourpre  les pâturages

    L'été capitule sous le vent qui reprend ses droits ,fait naufrage

     

    les branches s'agitent et plient  perdant par vague leurs feuilles jaunies

    La fresque s'harmonise déroule avec fierté son élégant tapis

    Beauté automnale posée comme un tableau de maître sur son chevalet

     Prend place  définitivement la saison nouvelle et son air frisquet,

     

    Recroquevillé dans la haie le chat surpris par un violent tourbillon 

    Reste figé dans l'attente d'un retour au calme  face à le dépression,

    Au centre de  ce décor bucolique l'humain médite, se pose

    Apprivoise le temps ,apaise les blessures du coeur dans cette métamorphose

     

    L'émotion du moment  renaît surpris par cette hypnose,

    Un  soleil moribond, une  pluie qui endort ,un frisson parcoure le corps 

    Nonchalant  automne traîne avec lui ses heures alanguies dans le confort.

     

    nini: challenge des 10 mots : 08/11/2017

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    La joie de vivre

     

    Elle est partie ,un jour

    Sans espoir de retour,

     Telle une ermite, elle nous quitte!

     Elle ne trouve plus sa place

     Dans ce tumulte, elle a fait la culbute.

     A- t -elle signé pour une rupture sans trêve !

      S’est elle installée dans un palace de rêves!

     Renaît dans nos cœurs, soit vainqueur!

     Tu restes la bienvenue tu n’es pas une inconnue,

      Retiens l’histoire qui fût mon ennemi,

     Tourmente passée, chasse- là tu es mon amie.

     Redeviens la compagne des jours heureux,

      Inonde de joies les corps valeureux,

     Envahi les  êtres  de leurs émois,

     Ne  quitte plus nos âmes meurtris,

     Soit pleine d’ardeur ne reste pas dans l’oubli

     Tu es  la bienfaitrice de nos vies

     Illumine de tes feux ardents 

      Ces merveilleux  instants ,

       Toi ... la joie de vivre !

     

    Nini (2008)

     

    ****


    4 commentaires
  • Le passé.

     

      C’est avec lui que l’on construit sa vie,

      Passé récent ou dépassé

      Peines ancrées, joies oubliées

      Photos jaunies, tant de péripétie

     Passé simple ou composé….

      D’histoires anciennes, tu es présent 

      Tu m’as rendu sage, avec le temps

      Tu revis, tu nous trahis

     Avec toi dans les images, c’est l’évasion

      C’est la balade en tournant les pages

      Nostalgie d’une vie qui se propage

      Tu resurgis dans nos têtes comme une obsession.

      Sous ta carapace tu parais, disparais

      En laissant ton empreinte tu réveilles nos mémoires

     Tu prends place dans la complainte des regrets,

      Toi  le passé tu t’installes comme une victoire dans le présent.

     

     Nini( 2008)

     

                                          


    votre commentaire
  •     A..dos

     

    Petit cœur fragile

    Au langage difficile.

    De l’adolescent 

    Mi -adulte mi -enfant

    Souvent conflictuel

    S’ enferme  dans sa tour de Babel.

    Heureux temps de l’adolescence

    D’un avenir dans l’insouciance

    De la jouissance du moment

    Qui n’ose dévoiler ses sentiments.

    Pas facile de dire « je t’aime » 

    Quand on n’y croit pas soi-même

    Premiers frissons d’amour 

    Offrande des corps qui rêve d’aimer

    De se donner pour l’éternité

    Regarde demain comme s’il était lointain.

     

     

    Nini ( Janvier 2012) thème : l’adolescence

     *******

     

    Attendre et comprendre

     

    Il ne reste que des mots , des peines

    Pour retrouver le chemin qui nous mène

    De la gaîté la plus totale à la fin des souffrances

    Quand la  vie à parfois un goût de rance

     

    Nous courons après le bonheur parfait

    En Cheminant sur des routes ensoleillées 

    Se jouant de la joie des autres

    Quand  l’anecdote  résume la nôtre.

     

    Vivre à travers les visages 

    En voyageant sur des images.

    Tel un  miroir d’eau calme brouillé

    D’une ambition piétinée.

     

    Rire pleurer sur une vie éphémère

    Erigée  sur un socle  précaire.

     Puisqu’il faut attendre un geste du destin

    Sur un quai vide, regardons alors passer les trains…

     

    Nini ( 09/2013) thème: Le jour où j’ai compris ….

     

    *****

     

     Boule de glace

     

    Le ciel se vêtit de loques sombres

    Et la terre se mit à trembler..

    La mer déchirée à hurler..

    Poissons flottant  à la surface

    Cadavres de fin d’une race.

    Comme possédés du démon,

    Tandis qu’un soleil noir déchirait l’horizon

    Les animaux périssaient sans rebonds

    Les oiseaux tombèrent à leur tour

    Foudroyés en plein vol, furent les vautours.

    Au fond des plaines les vents soufflaient

    Et  les esprits malveillants  planaient

    En détruisant couleurs  parfums et sons,

    S’ étouffait de terreur la création,

    Des êtres de lumière catapultés.

    Notre grand astre d’or ne vint plus briller

    Privant de ses rayons un ciel tourmenté

    La nuit ne put se voir, séparée

    De son croissant de lune argenté

    La terre devint alors glaciale et vide

    Planète aux ténèbres sordides.

    Une voix alors gronda contre l’humanité..

    « Vous n’avez pas su saisir les opportunités,

    De vos actions coutumières: polluer, violer, guerroyer.. »

                Alors je disparais !

    Et la terre se transforma en une énorme boule de glace

     Où toute forme de vie se figea sans trace .

     

    Nini ( janvier 2012) : challenge de psyché :

                             Thème:  Et si le soleil disparaissait à jamais!

     

    ****

    Clairvoyante absence

     

    Il suffit de cheminer dans la campagne et son silence

    Pour guetter près du vieux chêne  l’ absence

    Que les rires en écho éloignent doucement.

     

    Le soleil  d’un œil furtif,

    Laisse le cœur captif,

    Tente de chasser la grisaille

    Face aux nuages en bataille

     

    Ce n’est pas une plainte, c’est comme un chant lointain

    Que le vent fredonne dans les bras du chêne vieux

    Quand  l’espace envahit la brume des yeux.

     

    C’est tout un chemin entre aujourd’hui et demain

    À tracer patiemment de milliers de pas vers le destin.

    A la lumière du désir, juste pour ne pas se regarder vieillir

    Se laisser éblouir, car chaque jour à un avenir.

     

    Ce long voyage dans l’image n’est pas un naufrage

    C’est comme un murmure de l’éternité..

    Ces quelques instants de paix

    Extorqués à la solitude, expulsent la lassitude

    Ce silence…  ayant parlé

     

     

    Nini ( mai 2012) challenge: Apprivoiser

     

    ****

    Coeur en peine

     

    Il est des jours où la vie fait mal

    D’une Tristesse qui s’empare du cœur

    Quand La joie fuit la tête en pleure

    Recouvre d’un voile l’existence si pâle.

     

    Pourquoi en ce jour, lourd est ce cœur ?

    Essayant de comprendre cette langueur

    Pour trouver une écoute, faire vœu  d’épurer sa torpeur

    D’un corps douloureux de questions et de solitude

    Qui affrontent les erreurs en contrant la lassitude

     

    L’errance  dans le vide de la nuit

    Criant la peine de ses larmes silencieuses

    Qui défient la haine des heures pernicieuses

    Cherchant en vain une issue à l'ennui.

     

    Seule dans le soir et son refrain nostalgique

    Rythmant le chagrin sur une page blanche

    Ecrire un passé, s’accrocher à la branche

    Pour coucher ses rancœurs comme un remède magique.

     

    Dans le silence de la vie, vivre d'espoir

    A La lumière des mots , récit en prélude

    Vaincre l’amertume en bravant l’incertitude

    Accepter la réalité que demain sera noire

     

    L’amitié est absente, aucune main tendue

    En ce soir de déprime, pas d’aide attendue

    Enfouir en ce cœur ,les dépits ,le mal être

    La page est exutoire il faut l’admettre !

     

    Nini: challenge « Livre moi ton cœur » (5/2014)

    ****

    Déchirure

     

    L’ombre des visages, déchire l’image

    Efface le rêve et ses mirages

    Quand plus rien n’a de sens, l’indécence

    Se dessine par l’indifférence

    Sculpte le fantôme de l’obscur

    Serrant le vide sur le futur.

    Un malheureux adieu, conspire en ce lieu.

    Dans l’absence, et l’outrecuidance

    S’estompent les mots, les promesses,

    Méprisant  les faiblesses.

    De cette étrange sensation

    Apparaissent les interrogations.

    Sur la palette du songe dévastateur

    S’éteignent les réflecteurs

    Dans l’oubli,  fléau des cœurs.

     

    Nini( février 2012) challenge : Absence & Amour

     

    ****

    Ecoute la voix

     

    Il arrive parfois qu’on se sente perdu

    Un sentiment inconscient méconnu

    Quand la voix intérieure, cette image cachée

    Occulte  l’envol de nos envies enjouées.

     

    Il faut alors mettre fin à certaines souffrances

    En  s’accompagnant de l’absolu intense

    Trancher ce flou ,cet entre deux qui mine 

    Quand  l’esprit se refuse au chant de l’âme câline

     

    Dénouer tous ces liens qui chagrinent

    Brandir la flamme de l’estime

    Celle qui fait sourire et qui nous anime.

    Étoile du matin, relève un peu la tête !

     

    C’est ça aussi le lâcher-prise pour être,

    S’envoler vers l’infini des consciences

     Cloisonnées dans un monde d’apparence.

    Quand respirer le doux éther en abondance 

    Fera germer de l’égo une grande assurance

     

    Nini: La conscience: challenge :02/04/2016

     

    ****

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique