•  

     

    Insidieusement la nouvelle saison s'est installée dans sa douceur printanière

    Semant à toute volée ses graines voyageuses pour oublier l'hiver

    Les arbres fruitiers se sont habillés de fleurs éphémères

    Les prés d'un coup de pinceau ont revêtus leur tendre verdure

    Les oiseaux se sont mis à siffler à tue -tête dans un écho par retour

    Les hirondelles sont arrivées fendant l'air à coups de ciseaux

    Aux sifflements stridents invitant à un hymne à la joie

    Les nids s'animèrent d'allers et retours en vu de futures couvaisons

    Tout était en place pour remplir les cœurs de lumière et de renouveau

    Le soleil lui aussi dans cette féerie déployait ses lumineux rayons

    Ce décor incitait à ; sentir, danser ,chanter ,aimer la vie sans restriction

    Mais le printemps ne savait pas lui ... que ce spectacle ne serait pas au diapason

    Des regards admiratifs de l'humain qui derrière sa fenêtre jubilait dans sa prison,

    Dorée pour certains noire pour d'autres dont l'entassement engendre la déraison

    Mais le printemps ne savait pas ...qu'un minuscule virus tueur

    Anéantirait la ferveur printanière de ce cycle perpétuel et démonstrateur

    Dame nature dans ce silence assourdissant poursuit sa floraison épanouissante

    Que l'activité humaine outrancière impose à la disparition décadente

                                       ****

    Saurons nous dans «  l'après  »tirer leçon de ce dramatique épisode !!

    Car si le printemps lui ne savait pas que nous étions dans la soumission

    D'un fléau privant de toutes libertés une population

    Ne retombons pas par automatisme dans « l'avant »destructeur.

    Réfléchissons intelligemment sur ce que nous savons maintenant

    Face à cette épreuve réveillons nous!! ; et nous pourrons re fredonner « les mots bleus »

     

    nini

     

     

    mai 2020

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                                      Le retour

     

    La déliquescence de la vie politique plus exactement la confiance qu'en portent les gens 

    C'est comme le trou de la couche d'ozone tout le monde s'en fout...

    Mécontent le peuple s'exprime descend dans la rue,revendique

    Demande des comptes à nos énarques qui répondent avec des matraques

    La violence engendre la violence

    Comment sommes nous tombés dans une telle dérive !

    Trop longtemps avons été bercés par des promesses non tenues 

    La colère gronde sous fond de grands débats d'un orateur plus enclin

    A redorer son image de marque que de mener à bien les revendications

    Des travailleurs qui ne veulent plus de ce système d'injustice qui pénalise 

    Comment pourrait-on s'étonner de ce lien coupé entre le peuple et leurs dirigeants

    Quand aujourd'hui, être "politique" est devenu un vrai métier ? une profession

     et surtout une carrière qu'on entretient à coup d'entre-gens

    De petits services qu'on bichonne à coups de retournements de veste opportunistes

    Qu'on pérennise à coups de cumuls de mandats et qu'on installe parfois

    même à coups d'impunité et de discours inutiles onéreux.

                                          ***

    Le one man show est un spectacle que l'on choisit pas celui que l'on impose !

     

    La croyance est une vertu qui se perd dans un monde sans fondements

     

    nini


    1 commentaire
  •  

                                    Il  ne faut jamais sourire d'un enfant ...

     

                               Qui vous demande en ouvrant les yeux tout grand

                                Quand le ventre de sa maman a la forme de la terre 

                                 Si le ciel et l'océan sont là -dedans

                                 Si l'on trouve des forêts et des oiseaux

                                 Des chemins pour jouer au cerceau

                                 Des torrents et des rivières avec des poissons d'argent

     

                                       Il ne faut jamais sourire d'un enfant ...

     

                                   Dites lui qu'il y a peu de temps

                                   Il  dormait dans ce ventre, en été et au printemps

                                  Qu'il pêchait dans la rivière qui courait sur ce chemin

                            Dans ce monde sans mystères où l'on aura jamais peur de rien

     

                                         Il ne faut jamais sourire d'un enfant ...

     

                            Car un jour  il vous dira qu'il sait depuis longtemps

                            Qu'on ne raconte plus d'histoires aux enfants 

                           Que la guerre et la misère ont fait pleurer les rivières

                           Qu'il y a sur les chemins bien des enfants qui meurent de faim

     

                                       Il ne faut jamais sourire d'un enfant...

     

                          S'il vous dit en fermant les yeux doucement

                           Quand sa mère le caresse et le berce tendrement

                           Qu'il voudrait bien s'endormir dans sa maman...

                            

    Nini :26/9/2019

     


    2 commentaires
  • La révolte des poussins

                              

    Dans la basse cour c'est l'effervescence

     Les gallinacés caquettent de plus en plus fort

    C'est la confusion chacun donne de son cri.

    S'organise alors un rassemblement de poussins jaunes inattendu ,

    Cohorte de minus que personne n'attendait, bien trop frêles

    A la vue de nos coqs perchés sur leurs ergots de maîtres

    Picorant Outrageusement les graines du poulailler

    .les cocoricos baissèrent d'un Ton, quelques poulettes n'agitaient plus leurs plumes de parade,

    Que se passe t'il s'interrogent alors nos pontes surpris par cette envolée 

    Les volailles prirent le chemin de la liberté laissant quelques 

    Plumes de protestation sur la poule aux oeufs d'or  qui de rage

    Perdait son pouvoir seigneurial. 

    Dans la grande poêle bouillonnante l'omelette baveuse s'étalait,

    chaque Poussin brandissant avec fierté son travail dévalué,

    dans la rotissoire le Poulet embroché cuisait de rage face au  mouvement...

    Nous, oiseaux plumés à vif sur nos chairs  meurtries semons les graines de l'espoir pour nourrir notre avenir !

    Nini;


    1 commentaire
  •  

    "Si je n'avais plus qu'une heure à vivre " 

     j'irai applaudir"les Comédiens "

    Me distraire "Comme ils disent"

    Pour oublier "Mes emmerdes "

    Qui me collent à la peau

    "Non je n'ai rien oublié"

    En revoyant le passé" Sur ma vie"

    Quand je vivais"la bohème"

    Et"Hier encore" j'avais vingt ans

    "je m'voyais déjà"en haut de l'affiche

    grignotant  la vie sans penser au lendemain

    "Je n'ai pas vu le temps passé"

     "Et pourtant" Il faut savoir

    que" Désormais "s'en va "la jeunesse "

    alors "Viens au creux de mon épaule"

    vite" Emmenez moi"Je veux mourir d'amour"

    il est" Trop tard"mais "On ne sait jamais"!

     

    merci Monsieur pour vos belles poésies en chansons !

     

    Nini: le 10/10/2018

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique