•  

     

     

    photo perso

      

    sombrant dans les bras de Morphée
    Parfois mes nuits s’enlisent au -delà de la réalité.

    Astre révérencieux emporté dans les cieux..
    Tu t’élèves en silence dans un autre monde
    Où l’on ignore l’immonde.
    Libérant mon corps sans difficulté avec facilité
    Le souffle du zéphyr me conduit vers toi
    Nos esprits fusionnent d’émoi,
    Unis dans un silence contemplatif réciproque
    Baignés dans un univers sans équivoque
    Les étoiles nous éclairent dans ce labyrinthe
    Où le géant de toile s’élève sans craintes.
    Le jour doucement efface le plaisir
    Quand le réel rattrape mes pensées, mon rêve expire
    Toi montgolfière , bulle géante de désirs.

     

    NINI: 18/11/2011


    votre commentaire
  •  


    Blancs vagabonds dont les clairs lambeaux

    Flottent déchiquetés sur ses monts

    Nuages vaporeux changeant de tons

    Se transformant au gré de l’ imagination,

    Les yeux rivés vers l’étendue,

    Je reste saisie d’une joie éperdue

    La création se métamorphose au gré du temps

    En une horde de chevaux tirée par le vent

    Soudain s’estompe colorisant

    L’ ouate duveteuse en fleur irisée,

    Chariot de feu aux braises orangées

    Modifie ce décor au soleil apaisé.

    Quiétude de l’instant, merveilleux spectacle

    Que ce ciel offre comme un miracle

    NINI:2/9/2011


    votre commentaire
  •  

                                                                                                        

    c'était hier

     

    Sur les rives du passé, j’ai égrainé ma jeunesse
    Composée de jours pleins « d’ivresse »
    De rires et de promesses fusant avec allégresse .
    Cœurs et corps en harmonie avec la vie,
    Facile semblait l’être, et dépourvue de mépris.
    Le soleil brillait toujours plus haut,
    Le monde était beau, avec ces chants d’oiseaux.
    Tout resplendissait devant notre insouciance
    Nos désirs en osmose avec notre impatience.
    Des étoiles plein les yeux, la douceur
    Était reine en éliminant la douleur
    Nous étions dans une bulle protectrice,
    Face aux agressions d’un peuple d’avarice.
    Devant la naïveté de notre âge,
    La joie de vivre était notre adage.
    Chaque fleur des champs devenait bouquet de fête.
    Génération oblige, nos exigences restaient modestes
    J’ai regardé derrière moi,
    J’y ai revu la gaîté, la simplicité avec émoi
    La jeunesse est la bouffée d’air frais de la vieillesse. 

    NINI:31/8/2011

     


    2 commentaires
  •   

     


    J’aimerais…

    Pouvoir comme sur un cahier

    Revenir et tout recommencer

    Effacer une vie écrite au crayon de papier

    Gommer les peines et les chagrins

    La difficulté, la longueur du chemin,

    J’aimerais…      

    Enlever d’un seul coup de plume

    Ce qui rend le cœur lourd comme l’enclume

    Ôter le poids de l’indifférence

    Pour lever le voile de l’absence

    J’aimerais…

    Diluer dans les larmes versées

    L’encre noire des regrets.

    Une page tournée l’est à tout jamais

    Emportée dans le tourbillon de la vie.

    Les images du passé s’étiolent

    Dans un présent et sa course folle.

    J’aimerais…

    Offrir les plus beaux souvenirs

    Avec en prime sur les lèvres des sourires..

    Laisser au cœur une empreinte,

    Des mots déposés là, en demi- teinte…

    Quand Le temps emporte les rêves

    Et conduit l’espérance sur la grève.

     

    NINI

     

    ( 3/ 8/2013)

     


    2 commentaires
  •   

    Le vaisseau sur la mer voguait avec peine

    Pour repère le ciel vers les îles lointaines.

    Dans les flots ruisselants d’harmonie

    Une mélodie d’amour soupirait à l’infini.

    Soudain sortie des profondeurs menaçantes

    Déchaînée l’onde noire, hurlait provocante

    Quand, émergeant sous la lune rieuse, une sirène

    Aux charmes envoûtants ondulait sereine

    Ses cheveux flottaient semblables aux algues

    Écailles étincelantes dans le roulis des vagues

    Sortant des eaux, lascive, s’offrait voluptueuse

    Son chant jaillissait de l’abysse mystérieuse

    Envoûtante naïade dans un ballet de charme

    Vers les rochers , beauté marine, aiguisait ses armes

    L’heure tardive eut raison de son rêve éveillé

    Alors le navigateur charmé, livre posé sur le nez

    S’endormit apaisé, les yeux étoilés .

    Imaginant que sa lecture puisse se réaliser.. Sûrement

     

     

    nini: 9/12/2013

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique