•                                      Le retour

     

    La déliquescence de la vie politique plus exactement la confiance qu'en portent les gens 

    C'est comme le trou de la couche d'ozone tout le monde s'en fout...

    Mécontent le peuple s'exprime descend dans la rue,revendique

    Demande des comptes à nos énarques qui répondent avec des matraques

    La violence engendre la violence

    Comment sommes nous tombés dans une telle dérive !

    Trop longtemps avons été bercés par des promesses non tenues 

    La colère gronde sous fond de grands débats d'un orateur plus enclin

    A redorer son image de marque que de mener à bien les revendications

    Des travailleurs qui ne veulent plus de ce système d'injustice qui pénalise 

    Comment pourrait-on s'étonner de ce lien coupé entre le peuple et leurs dirigeants

    Quand aujourd'hui, être "politique" est devenu un vrai métier ? une profession

     et surtout une carrière qu'on entretient à coup d'entre-gens

    De petits services qu'on bichonne à coups de retournements de veste opportunistes

    Qu'on pérennise à coups de cumuls de mandats et qu'on installe parfois

    même à coups d'impunité et de discours inutiles onéreux.

                                          ***

    Le one man show est un spectacle que l'on choisit pas celui que l'on impose !

     

    La croyance est une vertu qui se perd dans un monde sans fondements

     

    nini


    1 commentaire
  •  

                                    Il  ne faut jamais sourire d'un enfant ...

     

                               Qui vous demande en ouvrant les yeux tout grand

                                Quand le ventre de sa maman a la forme de la terre 

                                 Si le ciel et l'océan sont là -dedans

                                 Si l'on trouve des forêts et des oiseaux

                                 Des chemins pour jouer au cerceau

                                 Des torrents et des rivières avec des poissons d'argent

     

                                       Il ne faut jamais sourire d'un enfant ...

     

                                   Dites lui qu'il y a peu de temps

                                   Il  dormait dans ce ventre, en été et au printemps

                                  Qu'il pêchait dans la rivière qui courait sur ce chemin

                            Dans ce monde sans mystères où l'on aura jamais peur de rien

     

                                         Il ne faut jamais sourire d'un enfant ...

     

                            Car un jour  il vous dira qu'il sait depuis longtemps

                            Qu'on ne raconte plus d'histoires aux enfants 

                           Que la guerre et la misère ont fait pleurer les rivières

                           Qu'il y a sur les chemins bien des enfants qui meurent de faim

     

                                       Il ne faut jamais sourire d'un enfant...

     

                          S'il vous dit en fermant les yeux doucement

                           Quand sa mère le caresse et le berce tendrement

                           Qu'il voudrait bien s'endormir dans sa maman...

                            

    Nini :26/9/2019

     


    2 commentaires
  • La révolte des poussins

                              

    Dans la basse cour c'est l'effervescence

     Les gallinacés caquettent de plus en plus fort

    C'est la confusion chacun donne de son cri.

    S'organise alors un rassemblement de poussins jaunes inattendu ,

    Cohorte de minus que personne n'attendait, bien trop frêles

    A la vue de nos coqs perchés sur leurs ergots de maîtres

    Picorant Outrageusement les graines du poulailler

    .les cocoricos baissèrent d'un Ton, quelques poulettes n'agitaient plus leurs plumes de parade,

    Que se passe t'il s'interrogent alors nos pontes surpris par cette envolée 

    Les volailles prirent le chemin de la liberté laissant quelques 

    Plumes de protestation sur la poule aux oeufs d'or  qui de rage

    Perdait son pouvoir seigneurial. 

    Dans la grande poêle bouillonnante l'omelette baveuse s'étalait,

    chaque Poussin brandissant avec fierté son travail dévalué,

    dans la rotissoire le Poulet embroché cuisait de rage face au  mouvement...

    Nous, oiseaux plumés à vif sur nos chairs  meurtries semons les graines de l'espoir pour nourrir notre avenir !

    Nini;


    1 commentaire
  •  

    "Si je n'avais plus qu'une heure à vivre " 

     j'irai applaudir"les Comédiens "

    Me distraire "Comme ils disent"

    Pour oublier "Mes emmerdes "

    Qui me collent à la peau

    "Non je n'ai rien oublié"

    En revoyant le passé" Sur ma vie"

    Quand je vivais"la bohème"

    Et"Hier encore" j'avais vingt ans

    "je m'voyais déjà"en haut de l'affiche

    grignotant  la vie sans penser au lendemain

    "Je n'ai pas vu le temps passé"

     "Et pourtant" Il faut savoir

    que" Désormais "s'en va "la jeunesse "

    alors "Viens au creux de mon épaule"

    vite" Emmenez moi"Je veux mourir d'amour"

    il est" Trop tard"mais "On ne sait jamais"!

     

    merci Monsieur pour vos belles poésies en chansons !

     

    Nini: le 10/10/2018

     


    votre commentaire
  • Allo ! la terre                           

     

    Ici sur la planète terre rien n'a changé

    Entre ce monde agité toujours pressé

    Qui ne voit rien à la beauté de cet espace prêté

     

    Et les catastrophes que dame nature ne contrôle plus..

    Quand, dans ce cycle perpétuel l'été  est revenu

    Nous offrant avec véhémence ses richesses  et ses vertus...

     

     Des vertes prairies où le bétail se repaît de l'abondance 

     Aux sous- bois apaisants, ombrelles de bienveillance

     Douillets protecteurs ,l'oiseau a fait son nid.

    Les blés d'or gorgés de soleil ,promesse d'une récolte aboutie

     

    Les fleurs abondent ,coquelicots et marguerites foisonnent 

    Dans les haies charnues éclosent les baies sauvageonnes

    Tout est renouveau ,la lumière du jour n'en finit pas

    Dans la fraîcheur d'une soirée estivale le grillon fait la nouba

     

    Ses stridules envahissent le calme reposant 

    Une à une s'allument les étoiles dans le firmament...

    je perçois un scintillement plus accentué,je te devine poétesse

    Dans ce lieu de plénitude parmi les anges de sagesse .

    ***

     

    Nini; challenge de juillet

    écrit en pensant à L ,qui aimait beaucoup quand je parlais de nature !

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires